Vivons La Lumière - Nath Shu

Vivons La Lumière - Nath Shu

- OUÏE

.bulles18.jpg

Ouïe (Glossaire du site)

Dans le développement de l’être humain, l’Ouïe est le 1er sens à se manifester.

 

Ceci est en corrélation avec le fait que le 1er aspect de la manifestation est le son.

 

Le plan physique est avant tout le plan de l'ouïe.

 

 

1. Ouïe physique

Le son possède un grand pouvoir constructeur, mais aussi destructeur que l’humanité commence à découvrir.

 

 

Ceci est en rapport avec le R7 qui est le Rayon principal de l’ère du Verseau et dont l’influence s’accroît.

 

C’est sur le plan physique que l’homme trouve sa propre note.

 

En effet, chaque individu et chaque groupe d'individus ont leur note ou son particulier qui est l'agent créateur de la vie de groupe concentrée.

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "ouie"

2. Clairaudience émotionnelle

Sur le plan émotionnel, grâce à l’identité d’émotion, l’homme reconnaît l’identité de son frère.

 

La clairaudience est la faculté d’entendre les sons du plan astral.

C'est une faculté qui se manifeste dans la totalité du corps astral, l'homme entend avec tout son véhicule, et pas seulement avec les oreilles, organes spécialisés, produits par l'action et la réaction sur le plan physique.

Traité sur le Feu Cosmique p 160-161.

 

 

 
Qu'est-ce que le médium verra et entendra donc lorsqu'il est en transe ou lorsqu'il donne une démonstration de clairvoyance et de clairaudience ?
 
Il y a plusieurs possibilités dont je peux faire la liste suivante :

 

 

1. Une révélation de la "vie de désir" de la personne ou du groupe à qui le médium s'adresse.

Cette vie de désir prend forme proportionnellement au degré de puissance du désir non-exprimé ou de la capacité mentale de la personne ou des personnes en question.

 

 

 

2. Une reconnaissance par le médium des formes-pensées ou de la forme-pensée se trouvant dans l'aura de la personne faisant partie de l'auditoire ou du cercle.

 

Ces formes-pensées ont été construites au cours d'une certaine période et sont généralement celles de quelqu'un profondément détesté ou tout aussi profondément détesté.

 

Elles sont souvent d'une apparence si réelle que la personne peut les reconnaître lorsque le médium les décrit et celui-ci peut, en même temps, par un procédé de télépathie (par la voie du centre du plexus solaire) devenir conscient des choses que le client désire entendre, ce qui sera conforme aux manières et aux façons de parler et de penser de l'ami disparu ou vivant.

Cela explique la médiocre qualité des déclarations et des communiqués habituels qui sont faits au cours d'une séance.

Les personnes qui assistent à des séances ne sont généralement pas du niveau d'intelligence le plus élevé, à moins qu'elles ne soient là simplement pour observer.

 

 

 

 

3. Quelques rares cas où une âme sur le chemin du retour en incarnation, ou immédiatement après la mort, est poussée (dans un but louable et satisfaisant) à établir un contact avec un ami ou un parent par la voie d'un médium.

De tels cas sont connus et en général présupposent une intelligence au-dessus de la moyenne de la part de celui qui consulte, de celui qui fait la communication et du médium. Ce sont, toutefois, des cas exceptionnels.

 

 

 

 

4. La révélation faite à l'opérateur clairvoyant et clairaudient d'une grande part du phénomène du plan astral, parallèle à celui du plan physique et qui est conditionné par la qualité et l'envergure du cercle de gens constituant le public.

Le médium interprète cette révélation aux personnes et généralement elle provoque une reconnaissance.

 

 

 

Je ne jette ici aucun doute sur la sincérité de l'acte accompli ni sur les médiums qui sont nés avec des facultés de clairvoyance et de clairaudience.

 

Je signale seulement que le phénomène qu'ils contactent est de nature astrale et que quiconque regardant une réunion du point de vue des pouvoirs psychiques supérieurs noterait autour de chaque membre de ce cercle un groupe de formes astrales (crées par elles-mêmes) de ceux qui ont quitté la vie physique, de ceux qui sont constamment dans ses pensées bien qu'encore vivants, et aussi un processus kaléidoscopique et changeant de formes apparaissant et disparaissant (certaines tout à fait nébuleuses et d'autres tout à fait nettes, suivant le pouvoir de la pensée) qui concerne la vie de désir de ce membre et qui sont liées aux affaires de sa maison, de son travail ou bien sont construites autour de sa santé.

 

 

Le sensitif se met au diapason, relie ces manifestations aux formes-pensées qui les accompagnent et on a ainsi la production de la performance habituellement constatée dans la pièce où la séance a lieu ou parmi le public moyen.

 

Le médium rapporte vraiment et exactement ce qu'il voit et entend ;

il est, par conséquent sincère et fidèle, mais parce qu'il ne reçoit aucune formation réelle dans l'art de l'interprétation et dans la technique consistant à distinguer l'illusoire du réel, il se trouve, forcément, incapable de faire plus que de décrire les phénomènes perçus et les paroles entendues.

 

Cependant, lorsque le mystique déploie ces mêmes pouvoirs, comme c'est parfois le cas, les phénomènes perçus et les paroles entendues peuvent être d'un ordre très élevé.

Pourtant, ils sont toujours astraux, car ils se rapportent à des événements et des phénomènes se trouvant sur les niveaux supérieurs du plan astral.

 

Il entre en contact avec la vie de désir, spirituelle ou religieuse de la race, les contacts effectués par lui dépendront de la tendance fondamentale de son aspiration individuelle du moment.

 

S'il est un chrétien convaincu et sincère, il verra l'une des magnifiques et vitales formes-pensées du Christ que l'on peut trouver là, et dans la merveille de cette révélation, son amour, son imagination et tout ce qu'il y a de meilleur en lui sera suscité, provoquant adoration et mystère.

 

De là viennent certains des ouvrages inspirés et des visions illuminées du mystique.

 

Si c'est un Hindou, il peut avoir une vision du Seigneur de l'Amour, Shri Krishna ; si c'est un Bouddhiste, il peut voir le Seigneur de la Lumière, le Bouddha, dans toute sa splendeur.

Si c'est un étudiant des sciences occultes, ou un Théosophe ou un Rosicrucien, il peut avoir une vision de l'un des Maîtres ou de toute la Hiérarchie des adeptes ; il peut entendre prononcer des paroles et peut ainsi se sentir assuré sans aucune discussion possible, que les Grands Etres l'ont choisi en vue d'un privilège spécial et d'un service unique.

Et pourtant, sa conscience n'a jamais quitté le plan astral et ses contacts ont consisté seulement en une expression admirable et inspirée des phénomènes de ce plan, qui s'est manifestée grâce à son inspiration, à sa vue et à son ouïe internes.

 

 

 

Tout ceci est provoqué par l'activité exagérée du centre du plexus solaire, stimulé par l'énergie se déversant des hauteurs que l'homme a atteintes dans sa méditation et son aspiration.

 

Les résultats sont, en leur nature, très émotionnels, et les réactions, ainsi que les services rendus subséquemment, se situent sur les niveaux émotionnels.

On a vu bien des faits de ce genre parmi les éducateurs se trouvant actuellement dans de nombreux pays du monde.

De tels éducateurs ont été et sont de véritables aspirants.

Leur conscience s'est éveillée sur les niveaux supérieurs du plan astral.

Ils ont vu là les formes-pensées que l'humanité a créées de la Hiérarchie spirituelle, ou la réflexion de celles-ci sur les niveaux de cette Hiérarchie (groupe de formes-pensées encore plus puissant), et ils ont entendu des répétitions de ce qui a été dit et pensé par les aspirants du monde de tous les temps, tout cela extrêmement splendide, bon et vrai.

Ils se sont alors mis à enseigner et à proclamer ce qu'ils avaient entendu, vu et appris, et fréquemment ils ont fait beaucoup de bien, sur les niveaux astraux.

 

Ils confondent tout de même la réflexion avec la réalité, la reproduction avec l'original et ce qui est construit par l'homme avec ce qui est créé par la divinité.

 

N'oubliez pas que le plan astral est celui où l'homme doit apprendre à distinguer la vérité de l'erreur, et le réel de l'irréel.

 

Ainsi, ceux qui sont trompés apprennent-ils simplement une leçon dont ils avaient besoin.

Traité sur les 7 Rayons Vol. II p 522 à 525.
 

 

 

babaji-18_1.jpg

3. Clairaudience supérieure

 

Sur le plan mental, l’homme trouve la note de son groupe.

 

Il existe certains pouvoirs psychiques que les hommes ont en commun avec les animaux ;

ces pouvoirs sont instinctifs et inhérents au corps animal, mais chez la plupart des êtres humains, ils sont tombés au-dessous du seuil de la conscience, y demeurant ignorés, et donc inutiles.

 

Ce sont, par exemple, les pouvoirs de clairvoyance et de clairaudience astrales, la perception des couleurs, et d'autres phénomènes.

 

La clairvoyance et la clairaudience sont aussi possibles sur les niveaux mentaux ; nous leur donnons le nom de télépathie et de vision de symboles, car toute vision de formes géométriques est de la clairvoyance mentale.

 

 

Tous ces pouvoirs sont néanmoins liés au mécanisme humain ou appareil de réponse, appelé personnalité, et servent à mettre l'homme en contact avec des aspects du monde phénoménal. Ils sont le résultat de l'activité de l'âme divine en l'homme, qui prend la forme de ce que nous appelons "l'âme animale" et correspond en vérité à l'aspect du Saint-Esprit dans la trinité humaine microcosmique.

 

Chaque pouvoir inférieur correspond à un pouvoir spirituel supérieur qui se manifeste lorsque l'âme devient consciemment active et domine son mécanisme par le mental et le cerveau.

 

Quand la clairvoyance et la clairaudience astrales ne se trouvent pas en dessous du seuil de la conscience, mais sont utilisées et fonctionnent, le centre du plexus solaire est ouvert et actif.

 

Quand les facultés mentales correspondantes sont présentes dans la conscience, cela veut dire que le centre de la gorge et le centre entre les sourcils "s'éveillent" et deviennent actifs.

 

Les pouvoirs psychiques supérieurs tels que la perception spirituelle et sa connaissance infaillible, l'intuition et son jugement toujours juste, et la psychométrie supérieure qui révèle le passé et l'avenir sont les prérogatives de l'âme divine.

 

Ces pouvoirs supérieurs entrent en action quand le centre de la tête, le centre du cœur et le centre de la gorge deviennent actifs à la suite de la méditation et du service.

 

 

fondame2.jpg

 

 

 

Que l'étudiant se souvienne cependant de deux choses :

 

Le supérieur peut toujours inclure l'inférieur,

mais le psychisme purement animal n'inclut pas le psychisme supérieur.

 

Entre le type le plus bas de médiumnité négative et le type le plus élevé de voyant et d'instructeur inspiré, il y a une grande diversité de degrés ;

les centres ne sont pas uniformément développés dans l'humanité.

 

Extériorisation de la Hiérarchie p 7-8.

 

4. Compréhension (de quatre sons)

Sur le plan bouddhique ou plan de la sagesse, l’homme commence à découvrir la note du Logos planétaire.

..  monade jpg.jpg4.jpgbis.jpg5.jpg

ob_680c93_aura-7-couches-fr.gif

 

 

Sans titre 1.jpgdfq.jpg

 

 

Sans titre 8.jpg

5. Béatitude

Sur le plan atmique ou spirituel, la note logoïque commence à résonner dans la conscience de l’homme.

 

  

Citations complémentaires :

La difficulté est augmentée du fait qu'il n'est pas facile de parvenir à atteindre les personnes psychiques d'un ordre inférieur et de les mettre en garde ;

elles sont en effet convaincues que leurs pouvoirs de clairvoyance et de clairaudience indiquent un type avancé de haut développement spirituel.

 

Leur mental est fermé à tout avertissement ;

elles opèrent souvent derrière une barrière de béate satisfaction de soi-même.

 

Elles oublient que les races primitives et les animaux, sont tous psychiques et qu'ils enregistrent ce que les types plus mentaux ne parviennent pas à enregistrer.

 

La majorité des gens sont naturellement astraux dans leurs activités, leur interprétation des phénomènes, leurs attitudes et leur focalisation.

 

Il est donc nécessaire d'insister sur ces avertissements et de mettre en garde les psychiques en général contre le caractère indésirable de leur vie astrale.

 

 

 

 

 

Toutefois, les disciples considèrent qu'aucun aspect de la manifestation divine ne se trouve en dehors de leurs expériences.

Ils savent que, dans ses manifestations les plus basses, le psychisme fait partie de l'expression divine et qu'il est de nature plus élevée que les processus d'existence purement physique dans le corps.

 

Un disciple ne peut pas dire que, parce qu'il est un disciple, il ne sera plus soumis maintenant à telle ou telle expérience.

 

Il doit se préparer à les subir toutes ;

il doit faire face au fait que, finalement, tous les disciples doivent devenir psychiques, aussi bien supérieurs qu'inférieurs, comme l'était le Christ.

 

La seule mesure de sauvegarde qu'il prend est d'empêcher que les pouvoirs psychiques inférieurs ne se manifestent avant que ne fonctionnent les facultés psychiques supérieures ; alors, les pouvoirs inférieurs se trouvent dominés ; ils sont manœuvrés, si je puis m'exprimer ainsi, du niveau de la conscience supérieure.

 

Pour le disciple, tout n'est que vie et forme ; il apprend donc à s'occuper des processus de vie par l'intermédiaire de la forme, de manière à amener une manifestation divine.

L’Etat de Disciple dans le Nouvel Age Vol. I p 843-844.

 
 

406_test.jpg

Au sujet du son : 

Je désire vous rappeler que le processus de création commença par le Son et que, par ce Son, le Logos invoquait et évoquait à la fois.
Il lança l'appel.
Il organisa et mit en œuvre la réponse, et c'est ainsi que "l'Armée de la Voix" (appellation donnée dans la Doctrine Secrète) vint à l'existence.

 

 

 

 

 

 
Le Son qui fut la première indication de l'activité du Logos planétaire n'est pas une parole, mais un son pleinement réverbérant contenant en lui tous les autres sons, tous les accords, certaines tonalités musicales auxquelles on a donné le nom de "musique des sphères", et des dissonances encore inconnues aux oreilles modernes. 
Guérison Esotérique p 536.
 
 
 
Le son constitue le facteur unificateur de l'impulsion motrice et le moyen d'attraction.
Le son, dans un sens occulte et profondément métaphysique, signifie ce que nous appelons "la relation entre" et il est l'intermédiaire créateur, le troisième facteur reliant dans le processus de la manifestation.
 
 
 
 
Sur les plans supérieurs, c'est l'agent de la grande Entité Qui régit la loi cosmique de gravitation dans sa relation avec notre système solaire, tandis que sur les plans inférieurs il se manifeste comme la lumière astrale, le grand agent de réflexion, qui fixe et perpétue au sein vibratoire le passé, le présent et le futur ou ce que nous appelons le Temps.
 
En relation directe avec le véhicule inférieur, il se manifeste comme électricité, prana et fluide magnétique.
Une simplification de l'idée peut vous venir peut-être, dans la reconnaissance du son, en tant qu'agent intermédiaire de la loi d'attraction et de répulsion.

Lettres sur la Méditation Occulte p 71.

 
 
dualite.jpg
 
 
 
 
 
N'oubliez pas que le son imprègne toutes les formes ;
la planète elle-même a sa propre note, ou son propre son ;
 
chaque minuscule atome a aussi son propre son ;
 
chaque forme peut être évoquée musicalement ;
 
chaque être humain a son propre accord et tous les accords forment la grande symphonie que jouent la Hiérarchie et l'Humanité, et qu'elles jouent actuellement.
 
Chaque groupe spirituel possède son propre ton (si je puis employer un terme aussi peu approprié) et les groupes qui se préparent à collaborer avec la Hiérarchie produisent sans cesse de la musique.
 
Ce rythme de sons, ces myriades d'accords et de notes se mêlent à la musique de la Hiérarchie elle-même, enrichissant sans cesse la symphonie.
 
Alors que les siècles s'écoulent, tous ces sons lentement s'unissent et se résorbent les uns dans les autres jusqu'au jour où la symphonie planétaire que compose Sanat Kumara sera achevée.
 
Notre terre alors apportera une notable contribution aux vastes accords du système solaire, c'est une partie intrinsèque et réelle de la musique des sphères.
 
Alors, comme le dit la Bible, les Fils de Dieu, les Logoï planétaires, chanteront tous ensemble.
 
Ce sera là, mon frère, le résultat d'une respiration correcte, d'un rythme maîtrisé et organisé, d'une pensée vraiment pure et de justes relations entre toutes les parties du choeur.

Le Mirage, problème mondial p 180-181.

 

 

 
 
Il faut se rappeler également, que généralement parlant, les sons dans le système solaire se répartissent en deux groupes :

 

1. Les sons "initiateurs",

ceux qui produisent la manifestation ou les phénomènes de tout genre, sur tous les plans.

 

 

2. Les sons "résultants",

ceux qui sont produits de l'intérieur des formes elles-mêmes durant le processus évolutif et qui sont l'ensemble des tons de chaque forme dans n'importe quel règne de la nature. Chaque forme possède de même un ton qui est produit par les sons infimes émanant des atomes qui la composent. Ces sons proviennent de l'autre groupe et affectent des groupes ou règnes inférieurs (si le mot "inférieur" peut être utilisé en parlant d'un département quelconque de la manifestation divine). Le règne humain, par exemple (la quatrième Hiérarchie créatrice), fut engendré par un triple AUM, émis à l'unisson dans une clef particulière par les trois personnes de la Trinité – Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit, ou Shiva, Vishnou et Brahma. Ce son résonne encore ; le jeu et le mélange des multiples notes minuscules de chaque être humain produisent un grand son unifié qui peut être entendu dans les Hauts Lieux et qui produit à son tour un effet déterminé sur le règne animal. C'est un des facteurs qui crée les formes animales à l'usage des hommes et des animaux car il ne faut pas oublier que l'homme relie l'animal au divin.

    Initiation Humaine et Solaire p 137-138.

     

     

     

    Les étudiants devraient se souvenir qu'il y a en manifestation trois Mots ou sons. C'est le cas pour autant qu'il s'agisse du règne humain.

     

     

     

    Ce sont :

     

    Le Mot, ou note de la Nature.

    C'est le Mot ou son de toutes les formes existant au sein de la substance du plan physique et, comme on le sait généralement, il donne la note fondamentale "FA". C'est une note avec laquelle l'occultiste blanc n'a en rien affaire car son travail s'applique non à l'accroissement de la tangibilité, mais à la manifestation de ce qui est subjectif ou intangible.

    C'est là le Mot du troisième aspect, l'aspect de Brahma ou Saint-Esprit.

     

     

    Le Mot Sacré.

    C'est le Mot de la Gloire, le AUM.

    C'est le Pranava, le son même de la Vie consciente, telle qu'Elle est insufflée en toutes les formes.

    C'est le Mot du second aspect ; tout comme le Mot de la Nature, en son émanation correcte, suscite les formes destinées à révéler l'âme ou second aspect, ainsi le Pranava, correctement émis, est la démonstration du Père ou Esprit par la voie de l'âme.

    C'est le Mot des fils de Dieu incarnés.

    En des commentaires aussi brefs que ceux-ci, il n'est pas possible de donner un traité sur ce secret des secrets, ce grand mystère des âges.

    On ne peut que réunir certains faits concernant le AUM et laisser à l'étudiant le soin d'étendre sa conception à la mesure de son degré d'intuition, afin de saisir la signification de ce court exposé.

     

     

    Le Mot Perdu.

    La notion du Mot Perdu nous a été conservée par la Maçonnerie.

    C'est le Mot du premier aspect, l'aspect esprit, et seul un initié du troisième degré peut entreprendre réellement la recherche de ce mot, car l'âme libérée peut seule le trouver.

    Ce mot concerne les plus hautes initiations et il est pour nous sans profit de le considérer plus avant.

    La Lumière de l’Ame p 62-63.

     

     

     
    J'ai signalé, précédemment, que le Son du A.U.M., le son du O.M. et le SON lui-même sont tous liés à la vibration et à ses effets différents et variés.
    Le secret de la loi de Vibration est révélé progressivement, à mesure que les gens apprennent à faire résonner le Mot sous ses trois aspects.
     
    Les étudiants feraient bien aussi de réfléchir à la distinction entre le souffle et le Son, entre le processus consistant à respirer, et celui consistant à créer une activité vibratoire dirigée.
    L'un se rapporte au Temps, l'autre à l'Espace et ils sont distincts l'un de l'autre.
     
    Selon l'Ancien Commentaire, le Son, marquant le point final mais aussi le point initial, concerne ce qui n'est ni le Temps ni l'Espace ; il se situe hors du TOUT manifesté ; il est la Source de tout, et cependant nulle chose.
     
    Il existe donc de grands points de tension à partir desquels le Mot Sacré retentit sous ses aspects majeurs.

    Permettez-moi de vous les énumérer :

     

     

    1. Le point créateur de tension, tension réalisée par le Logos planétaire lorsqu'Il répond au Son du Nom Ineffable et l'exhale à son tour, en trois grands Sons, qui ne forment qu'un seul Son sur son plan d'expression, créant ainsi le monde manifesté, l'impulsion conduisant au développement de la conscience, et l'influence de la vie même.

    Cela est le Son.

     

     

    2. Sept points de tension sur l'arc descendant ou involutif ; ils produisent les sept planètes, les sept états de conscience et l'expression de l'impulsion des sept rayons. C'est le A.U.M. septuple dont la Sagesse Immémoriale prend note. Cela concerne l'effet de l'esprit ou vie sur la substance, donnant ainsi le départ à la forme et créant la prison de la vie divine.

     

     

    3. Le A.U.M. lui-même ou le Mot fait chair ; cela crée finalement un point de tension dans le quatrième règne de la nature, point auquel le cycle évolutif devient possible et où la première et faible note du O.M. commence à se faire entendre. Chez l'individu, ce point est atteint quand la personnalité est un tout intégré et actif, et quand l'âme commence à la dominer. C'est une tension accumulative, à laquelle on parvient à travers plusieurs vies. (…)

     

     

    4. Vient alors un point de tension d'où l'homme réussit finalement à se libérer des trois mondes et à devenir une âme libre ; il est alors un point dans le cercle – le point indiquant le point de tension d'où il travaille à présent, et le cercle, la sphère de l'activité qu'il a lui-même décidé d'entreprendre.

    Traité sur les 7 Rayons Vol. V p 44 à 46.

     

     

     

     

    vu sur : https://sites.google.com/site/psychologieesoterique/

    EXTRAITS DE l' OEUVRE DE MAITRE D.K. reçu par ALICE BAILEY


    Résultat de recherche d'images pour "om - aum"


    (Merci d'inclure cette ligne si reproduction. ©Nath Shu du site http://vivons-la-lumiere.blog4ever.com/.)

     


    https://static.blog4ever.com/2012/07/706729/.-1.don-symbolique-pour-me-soutenir.jpg2.jpg




    06/03/2016
    0 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

    Inscrivez-vous au site

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 368 autres membres